Retour à la liste
12 Mai 2017 - Actualité

Plus de 150 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour le commerce coopératif et associé

Cette année encore, le commerce coopératif et associé a le vent en poupe. En effet, selon les derniers chiffres de la FCA, Fédération du commerce coopératif et associé, les ventes cumulées de cette forme de commerce se sont élevées à 150,3 milliards d’euros en 2016, représentant ainsi 30 % de l’activité du secteur de la distribution de détail. Et ces ventes ont progressé de 2,3 % par rapport à l’année précédente, surperformant ainsi de 1,8 point la croissance du commerce de détail dans son ensemble qui n’affiche qu’un petit 0,5 % de croissance. Et cette superformance ne date pas d’hier, car cela fait maintenant 15 ans que les ventes du commerce coopératif et associé affichent une croissance plus élevée que celle du commerce de détail, avec un différentiel compris entre 1 et 5 points selon les années. Le commerce coopératif et associé représente aujourd’hui 97 groupements et 180 enseignes pour un total de plus de 45 200 points de vente sur une trentaine de segments de la distribution. Parmi les groupements les plus emblématiques, citons E.Leclerc, Système U et Intermarché en grade distribution, Weldom et Gedimat sur le marché de l’équipement de la personne et du bricolage, JouéClub et bébé9 dans le domaine des jouets et de la puériculture, les réseaux Giphar et Giropharm sur le marché officinal, Sport 2000 et Intersport sur le segment des magasins de sports, Optic 2000, Krys et Lissac sur le marché de l’optique-lunetterie… Côté emploi, cette forme de commerce regroupe 32 590 entrepreneurs indépendants et plus de 541 000 salariés. En 2016, le dynamisme de l’activité a permis, selon la FCA, la création de 5 600 emplois. Si tout semble aller au mieux pour le secteur, il doit néanmoins faire face à un défi de taille, car près de 7 000 entreprises du commerce coopératif et associé sont à transmettre d’ici 5 ans, soit plus de 15 % du parc actuel. La reprise s’effectue dans 75 % des cas par des anciens salariés et la fédération représentative de la profession milite aujourd’hui pour faciliter ces transmissions d’entreprises afin de pérenniser le dynamisme de cette forme de commerce.
Les Echos Publishing 2017