Retour à la liste
08 Fév 2017 - Actualité

Les axes clés de la prochaine convention pharmaceutique

Devant entrer en vigueur début avril, la prochaine convention pharmaceutique organisera pendant les 5 prochaines années les relations entre les pharmaciens d’officine et l’Assurance maladie obligatoire. Des relations qui, par le passé, ont été parfois tendues, en raison principalement des retards de paiement de certaines rémunérations (les rémunérations des entretiens pharmaceutiques notamment) et des baisses de prix sur les produits remboursables, dont l’ampleur n’avait pas été anticipée en 2012. Prenant les devants et souhaitant faire partager son inquiétude pour l’avenir de la pharmacie d’officine, l’USPO a appelé les pharmaciens à faire grève le 26 janvier dernier et à manifester dans toute la France. La FSPF (Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France), premier syndicat au sein de la profession, ne s’est toutefois pas associée à ce mouvement, considérant qu’il fallait laisser la porte ouverte aux négociations. À cette occasion, les deux organisations syndicales ont néanmoins fait valoir leurs revendications auprès de Nicolas Revel, directeur de l’Assurance maladie. La première concerne la revalorisation des rémunérations réglementées pour atténuer leur sensibilité aux baisses des prix. Après la mise en place des honoraires de dispensation en 2015, les syndicats proposent de réfléchir à d’autres forfaits tels que celui de la rémunération à l’ordonnance complexe par exemple, ou à un système combinant des honoraires-socle et un complément en fonction de la longueur de l’ordonnance ou des profils de patients. Deuxième revendication : la reconnaissance et la rémunération des missions de pharmacie clinique (coordination des soins, tenue du dossier patient, préparation des doses à administrer...). Il semble que certaines de ces revendications soient d’ores et déjà entendues. Conformément à la lettre de cadrage du ministère de la Santé publiée le 11 janvier dernier, le conseil de l’UNCAM (Union Nationale des Caisses d’Assurance Maladie) a précisé les quatre orientations qui devront guider les prochaines négociations : poursuivre la diversification des rémunérations, mieux prendre en compte le conseil et l’accompagnement des patients, accompagner les évolutions du réseau officinal à travers une aide ciblée à certaines pharmacies dont la survie serait jugée indispensable pour le territoire, et enfin soutenir la dématérialisation des échanges avec l’Assurance maladie. Quatre axes de discussions qui s’inscrivent dans la continuité de la précédente convention pharmaceutique.
Les Echos Publishing 2017