Retour à la liste
30 Jan 2017 - Actualité

L'impact des audits énergétiques auprès des entreprises

En France, les entreprises de plus de 250 salariés et celles qui cumulent un chiffre d’affaires annuel supérieur à 50 M€ et un total de bilan supérieur à 43 M€ avaient jusqu’au 31 décembre 2015 pour réaliser un audit énergétique, audit qu’elles doivent ensuite renouveler tous les 4 ans. Mais derrière cette obligation, que peuvent-elles réellement espérer en termes d’économies ? Pour répondre à cette question, le bureau d’études Afnor Energies a dressé une analyse de 72 rapports d’audits énergétiques réalisés en 2015 et 2016 selon la norme NF EN 16247. L’étude montre que les audits permettent en moyenne d’identifier entre 20  et 30 % d’économies d’énergie, soit précisément l’objectif d’amélioration de la performance énergétique des bâtiments tertiaires prévu dans la loi de transition énergétique à l’horizon 2020. Toujours selon l’étude, 88 % des actions préconisées suite à un audit portent sur le matériel, chauffage-ventilation-climatisation en tête (45 % des actions identifiées). L’éclairage et la fourniture d’énergie arrivent ensuite avec respectivement 16 % et 13 % des actions. En queue de peloton, on trouve les actions sur le bâti (5 %), l’eau chaude sanitaire (2 %) et le groupe froid (2 %). Quel que soit le type de matériel, 51 % des actions préconisées proposent simplement d’optimiser les équipements sans les remplacer. Parallèlement aux actions sur les installations et le bâti, 12 % des leviers identifiés portent sur le système de management au sens large (actions de mesure et de vérification, sensibilisation et formation des équipes…). Côté financement, l’étude d’Afnor Energies note que la mise en œuvre des actions identifiées au cours d’un audit énergétique mobilise un investissement représentant, en moyenne, les trois-quarts de la facture d’énergie annuelle des entreprises. Une mise de départ certes élevée, mais des dépenses rentabilisées au bout de seulement 3,2 ans en moyenne, soit avant le délai de renouvellement des audits. Un constat de nature à convaincre les entreprises, qui ne sont pas assujetties à l’obligation, de passer également à l’acte pour mieux maîtriser leur facture énergétique.
Les Echos Publishing 2017