Retour à la liste
25 Mar 2019 - Actualité

La FFB alerte sur les risques qui pèsent sur les entreprises du bâtiment en 2019

La Fédération Française du Bâtiment (FFB) a présenté les dernières statistiques du secteur de la construction au cours de son traditionnel point de conjoncture le 19 mars dernier. L’occasion pour son président, Jacques Chanut, de rappeler les risques qui pèsent sur les entreprises du bâtiment pour cette année 2019. Des entreprises, en apparence en grande forme, avec des carnets de commande remplis pour les 6,5 prochains mois. Mais derrière cet indicateur rassurant, les facteurs d’inquiétude sont nombreux, selon la Fédération. Tout d’abord, le retournement du marché de la construction qui s’est accentué pendant toute l’année 2018 risque bien de perdurer cette année. Les mises en chantier de nouveaux logements, qui affichaient - 3,9 % sur 2018, ressortent à - 11,1 % en glissement annuel sur 3 mois à fin janvier 2019. Elles suivent ainsi l’évolution des permis de construire, en baisse de 6,1 % en 2018 et de 6,9 % en glissement annuel sur 3 mois à fin janvier 2019. Les professionnels pointent du doigt la révision d’un certain nombre de dispositifs de soutien décidée par le gouvernement début 2018. Le recalibrage du PTZ et du Pinel sur les zones tendues et l’arrêt des APL accession en particulier, ont eu des effets immédiats sur la dynamique du marché de l’immobilier neuf, dès leur entrée en vigueur. Les coups de rabot n’ont pas épargné non plus le secteur social. La mise en place de la réduction de loyer de solidarité (RLS) pour les HLM, et la hausse de la TVA pour les logements sociaux neufs, passée 5,5 % à 10 % en 2018, ont brutalement freiné les investissements des bailleurs sociaux. Le spectre d’une nouvelle crise Autre source de mécontentement pour les professionnels du bâtiment : le manque de visibilité concernant l’avenir du CITE. « Depuis 3 mois, c’est silence radio. Les rumeurs vont bon train, nous avons besoin d’arbitrages » déplore Jacques Chanut, alors que le marché des travaux d’amélioration-entretien, qui représente 56 % de l’activité du bâtiment, a reculé de 1,8 % au dernier trimestre 2018 sur un an. Enfin, dernière zone d’ombre au tableau, la santé financière des entreprises menacée par la hausse du coût des matériaux de construction. En 2018, la profitabilité moyenne du secteur s’est dégradée pour atteindre les 1,2 % à 1,3 %. « C’est très serré ! D’autant que ce début d’année 2019 est marqué par une nouvelle hausse des coûts. Le prix du béton prêt à l’emploi progresse de 2 %, l’acier, les tubes et tuyaux de 3 % » s’inquiète le président de la FFB. Et dans un contexte tendu, les dirigeants ne sont pas en mesure de répercuter ces hausses sur leur devis. Autant de signaux d’alerte qui font craindre le pire à la FFB. Pour 2019, la Fédération confirme ses prévisions d’un recul de l’activité de 0,5 %, après plusieurs années en croissance. Un bilan qui risque bien de s’alourdir en 2020, alors que la croissance économique faiblira et que les élections municipales provoqueront un repli de la commande publique. La baisse de la commande en logement neuf se traduirait par l’amorce d’une nouvelle crise du secteur.
Les Echos Publishing 2019