Retour à la liste
10 Jan 2019 - Actualité

La FNTR alerte sur la situation des entreprises suite au mouvement des gilets jaunes

Chiffré à 400 M€ après 2 semaines de mobilisation des « gilets jaunes », le montant des pertes d’exploitation des entreprises du transport routier aurait grimpé à environ 2 Mds€ juste avant Noël, selon la FNTR. Une estimation que l’organisation patronale va préciser en interrogeant directement ses entreprises adhérentes via un questionnaire. Difficultés d’accès aux entrepôts, blocages routiers, barrages filtrants et approvisionnement en carburant compliqué dans certaines régions : les problèmes se sont multipliés pour les entreprises de transport. Ils se sont traduits par des retards de livraison, voire l’impossibilité de livrer les clients. En anticipation des difficultés, certaines plates-formes avaient, par ailleurs, réduit leurs plans de chargement pour ne pas prendre de risque. Devant faire face à des pertes de chiffre d’affaires, à d’éventuelles pénalités contractuelles activées par les clients et à des coûts salariaux liés à l’attente des chauffeurs, de nombreuses entreprises sont aujourd’hui dans une situation financière délicate. Florence Berthelot, déléguée générale de la FNTR, déclarait ainsi aux Échos fin décembre : « on reçoit des appels au secours, certaines entreprises sont au bord du dépôt de bilan ». Les régions les plus touchées selon l’organisation patronale sont la région Rhône-Alpes-Auvergne et l’Occitanie. Dans cette dernière, les pertes d’exploitation étaient évaluées à 10 M€ par jour. Face à l’urgence de la situation de certains transporteurs, le ministère des Transports a annoncé le 26 décembre dernier que les organisations professionnelles seraient reçues au début de mois de janvier pour une réunion incluant également le ministère de l’Économie. Selon un porte-parole, « l’idée est de travailler avec eux sur l’identification des difficultés économiques et opérationnelles rencontrées et les mesures qui peuvent être prises en soutien, à l’instar de ce qui est fait avec d’autres secteurs économiques ».
Les Echos Publishing 2018