Retour à la liste
02 Oct 2018 - Actualité

Commerce mondial : l’OMC revoit à la baisse ses prévisions de croissance

Les économistes de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ne cachent plus leurs inquiétudes. Alors qu’ils tablaient, en avril dernier, sur une prévision de croissance du commerce mondial de 4,4 % pour 2018, ils estiment désormais qu’elle pourrait ne pas dépasser 3,9 %. Quant à l’année 2019, elle serait également marquée par un nouveau tassement de la hausse du volume des marchandises échangées dans le monde (+3,7 %, soit 0,2 point de moins qu’en 2018). Pour rappel, en 2017, le commerce mondial avait augmenté de 4,7 %. Une montée des tensions La montée des tensions entre les grandes économies, portée notamment par l’adoption de mesures protectionnistes, constitue le principal risque qui pèse sur les prévisions. Et si, jusqu’à présent, « les effets économiques directs de ces mesures ont été modestes, l’incertitude qu’elles créent pourrait avoir déjà pour effet de réduire les dépenses d’investissement », estiment les économistes de l’OMC. Une situation que déplore Roberto Azevêdo, le Directeur général de l’organisation internationale, pour qui « il est plus que jamais essentiel que les gouvernements surmontent leurs divergences et fassent preuve de retenue ». Une production chinoise tournée vers son marché intérieur Mais les mesures commerciales décrétées au niveau national et régional ne sont pas les seules à plomber la tendance haussière des échanges internationaux. « Les économies en développement et les économies émergentes pourraient subir des sorties de capitaux et une contagion financière avec la hausse des taux d’intérêt dans les pays développés, ce qui aurait des conséquences négatives pour le commerce », estime l’OMC. En outre, l’organisation internationale craint que les tensions géopolitiques que connaissent certaines régions du monde aient un impact négatif sur l’approvisionnement en ressources. Enfin, le rééquilibrage en cours de la production chinoise en direction de son propre marché pourrait également avoir une incidence négative sur la demande globale d’importation. Alors que le volume des importations en Asie avait augmenté de 9,8 % en 2017, il ne devrait augmenter que de 5,7 % en 2018 et de 4,9 % en 2019. « Globalement, les risques qui pèsent sur les prévisions sont considérables et sont fortement orientés à la baisse », concluent les économistes de l’OMC.
Les Echos Publishing 2018