Retour à la liste
29 Août 2018 - Actualité

Prévention de la santé visuelle : les Français peuvent mieux faire !

L’Association nationale pour l’amélioration de la vue (Asnav) a publié les résultats de son baromètre 2018 de la santé visuelle réalisé par Opinion Way. Celui-ci révèle à nouveau des comportements insuffisamment préventifs et certaines pratiques à risque qui sont autant de points de vigilance à prendre en considération par les professionnels impliqués dans le parcours de santé visuelle. Les opticiens notamment ont un rôle clé d’accompagnement de leurs clients en matière d’information, de conseil et de prévention. Tour d’horizon des principaux enseignements préoccupants du baromètre sur l’information et les pratiques des Français en matière de santé visuelle. La régularité des contrôles de la vue laisse à désirer notamment chez les jeunes Pour 25 % des Français, le dernier contrôle visuel remonte à plus de 2 ans et 4 % n’ont même jamais fait de contrôle. Plus inquiétant, 7 % des 16-24 ans, soit 500 000 jeunes, n’auraient jamais testé leur vue. De même, le dépistage précoce semble ignoré par une majorité de parents puisque seulement 22 % d’entre eux savent qu’il est utile de faire contrôler la vue des enfants avant 3 ans. Volant et écrans : des réflexes parfois peu rigoureux dans le port des lunettes et dans la prévention de la vue Un quart des Français ne portent pas toujours leur équipement visuel pour conduire. Et 22 % occultent cette pratique quand ils sont au travail devant leur écran d’ordinateur. Par ailleurs, malgré l’omniprésence des écrans dans leur quotidien (en moyenne 6h09 par jour devant un ou plusieurs écrans et 9h43pour les 16-24 ans), les Français ne s’accordent que peu de pauses régulières (37 % seulement le font). Plus inquiétant, les parents ont baissé leur vigilance face aux écrans : ils ne sont plus que 49 % à demander à leurs enfants de faire des pauses régulières quand ils sont devant l’ordinateur (contre 66 % l’an passé). Ils ne sont d’ailleurs qu’environ 20 % à trouver que les écrans équipés de LED sont dangereux pour les yeux… Des parents moins attentifs à la protection dans l’achat de solaires pour les enfants L’Asnav souligne, qu’entre 2016 et 2018, une inversion des courbes dans les critères de choix de solaires pour les enfants s’est produite. L’esthétique prime désormais sur la qualité de protection contre les UV. En 2018, 57 % des Français (+6 points par rapport à 2017 et +17 points par rapport à 2016 !) placent l’esthétique en premier critère de choix devant l’indicateur de protection contre les UV important pour 52 % d’entre eux (-3 points par rapport à 2017 et -14 points par rapport à 2016). Par ailleurs, seuls 52 % des parents se rendent chez un opticien pour acheter des lunettes de soleil à leurs enfants. Une méconnaissance des règles de prescription et de remboursement 56 % des Français déclarent ne pas savoir que la durée de validité de la prescription de lunettes ou lentilles dépend de l’âge du patient. S’agissant de la réforme des contrats responsables (avril 2015) entrée en application au 31 décembre 2017, 61 % des Français ne sont pas informés de cette réforme (78 % pour les 16-24 ans). Celle-ci aura un impact plutôt limité sur les comportements d’achat puisque 82 % des Français ne vont pas modifier leur comportement en matière de santé visuelle (77 % pour les 16-24 ans). En détail, 65 % vont continuer à garder les mêmes habitudes, quitte à dépasser le forfait de leur mutuelle (55 % pour les 16-24 ans). Toutefois, 47 % des répondants (+5 points par rapport à 2017) déclarent que cette réforme va les inciter à conserver la même monture et à ne changer que les verres (45 % des 16-24 ans, +14 points par rapport à 2017).
Les Echos Publishing 2018