Retour à la liste
28 Août 2018 - Actualité

Fréquentation touristique : la croissance a ralenti au 2

La croissance de la fréquentation dans les hébergements collectifs touristiques a évolué selon un rythme plus modéré en glissement annuel sur le 2e trimestre 2018, avec une hausse de +2,1 % (contre +7,4 % au 1er trimestre 2018). L’institut précise qu’un calendrier défavorable comparé à 2017 (le week-end de Pâques tombant cette année fin mars au lieu de mi-avril l’année précédente) pourrait être en partie responsable de la baisse de la dynamique. Côté mode d’hébergement, la fréquentation hôtelière marque le pas (+1,3 %) avec des disparités de performances selon le niveau de gamme, la clientèle et la zone d’implantation. Le haut de gamme (catégories 4-5 étoiles) tire son épingle du jeu avec une hausse de 4,2 % alors que l’entrée de gamme (établissements 1 ou 2 étoiles ou non classés) est globalement stable. La fréquentation poursuit sa dynamique en Île-de-France (+3,9 %), mais reste atone dans les espaces urbains de province (+0,3 %) et est même en repli sur le littoral (-0,9 %) et dans les massifs de ski (-1,7 %). La fréquentation de la clientèle étrangère progresse toujours (+5,6 %), mais à un rythme moins spectaculaire qu’au 1er trimestre (+13,5 %). Fait nouveau : la fréquentation des résidents est désormais en recul (-1,3 %) après un an et demi de hausse. De leur côté, les campings clôturent ce 2e trimestre avec une fréquentation en augmentation de +1,7 %. Cette progression est assurée surtout par la clientèle non résidente (+2,7 %), par les établissements classés 3 étoiles (+4,6 %), mais aussi ceux classés 4 et 5 étoiles (+2,6 %), et par les emplacements équipés (+3,1 %). Enfin, la fréquentation des autres hébergements collectifs (résidences tourisme et villages vacances) affiche une croissance plus soutenue de +4,1 %. Sa progression est davantage portée par la clientèle française (+4,8 %) que par la clientèle étrangère (+2,9 %). C’est l’agglomération parisienne qui fait le plein (+21 %) alors que la fin de saison a été mauvaise pour la montagne (-11,9 %).
Les Echos Publishing 2018