Retour à la liste
23 Juil 2018 - Actualité

Renversement de tendance sur le marché du bâtiment

Après l’embellie des dernières années, le marché du bâtiment serait-il en train de connaître un retournement de tendance ? C’est en tout cas ce que semble indiquer le bilan du 1er semestre présenté par Jacques Chanut, Président de la Fédération française du bâtiment (FFB), le 11 juillet dernier. C’est surtout du côté du secteur résidentiel que le bât blesse. Les promoteurs immobiliers déplorent un recul des ventes de logements neufs de 5,1 % au 1er trimestre 2018 alors que le marché des maisons individuelles accuse un repli de 14,3 % en cumul de janvier à mai. Un décrochage qui commence à se lire dans les statistiques de la construction. En glissement annuel, la tendance reste positive aussi bien du côté du nombre de permis de construire délivrés que des chantiers commencés. Mais sur les 3 derniers mois, les chiffres sont beaucoup plus inquiétants. De mars à mai 2018, le nombre de logements autorisés est en baisse de 3,9 % par rapport aux 3 mois précédents, selon les données du Ministère de la cohésion des territoires. Les mises en chantier ont baissé, elles, de près de 7 % sur la même période. Des perspectives maintenues pour 2018 Certes, les intempéries du début d’année ont freiné l’avancée des chantiers. Mais la dégradation du marché s’explique avant tout, d’après la FFB, par les mesures prises dans le cadre de la Loi de finances 2018. Dans le viseur, le recentrage du dispositif Pinel sur les zones tendues, la restructuration en cours du secteur des HLM et le rabotage du PTZ en zones B2 et C qui a particulièrement pesé sur le secteur des maisons individuelles. Le non résidentiel, en revanche, poursuit sa belle dynamique. En un an, de juin 2017 à mai 2018, 41,0 millions de m² de locaux non résidentiels ont été autorisés à la construction, soit une hausse de 7,5 % par rapport aux 12 mois précédents. Le volume de surfaces mises en chantier a, lui, progressé de 10,8 % par rapport aux 12 mois précédents. Des bons chiffres que l’on doit surtout à la construction de bureaux, au secteur de l’artisanat et aux locaux industriels. Autre facteur d’inquiétude pour les professionnels du bâtiment, la progression toujours timide du marché de l’amélioration-entretien. Les travaux de rénovation n’ont progressé que de 0,9 % sur un an au 1er trimestre 2018, tirés par le secteur des logements (+1,7 %) alors que le marché non résidentiel affiche une baisse de 1,1 %. Pour 2018, la FFB maintient ces prévisions et anticipe une croissance moins soutenue que l’an dernier (2,4 % vs 5 %).
Les Echos Publishing 2017