Retour à la liste
13 Juin 2018 - Actualité

Pharmabest se lance dans la télé-dermatologie

Mis en place en partenariat avec le Syndicat national des dermatologues vénérologues (SNDV), ce service a pour objectif de sensibiliser les clients de Pharmabest au dépistage précoce des cancers de la peau et les inciter à consulter un dermatologue au moins une fois par an. Il se déroule en 4 temps et commence par une opération de sensibilisation des clients au dépistage du mélanome et au danger du soleil. En cas de doute sur un grain de beauté, suite à un auto-examen effectué par le client, le pharmacien recueille le consentement éclairé du client et procède au dépistage en effectuant, avec un dermatoscope, des scans du ou des grains de beauté jugés douteux. Les clichés sont adressés via une messagerie sécurisée à un dermatologue, membre d’un réseau de télémédecine. Le client reçoit ses identifiants pour se connecter à une plate-forme lui permettant de recevoir le rapport du médecin, dans un délai de 15 jours. Sur la base des résultats, il peut alors prendre rendez-vous avec le dermatologue de son choix. Ce service officinal est payant et à la charge du patient : 28 € pour un grain de beauté ou une tache, 14 € pour le suivant. 2 500 diagnostics prévus la première année La direction de l’enseigne prévoit un déploiement rapide de ce nouveau service, d’abord à Paris et dans le Sud de la France (Marseille, Monaco et Alès), puis dans les 63 autres villes où le réseau compte des adhérents. Objectif : réaliser 2 500 diagnostics dès la 1re année, soit 35 à 40 par pharmacie. Ce qui représente environ 3 % des quelque 80 000 diagnostics de cancer de la peau réalisés chaque année. Le mélanome malin représente 3,7 % des cancers incidents et 7 à 9 nouveaux cas pour 100 000 habitants sont diagnostiqués chaque année. En 2015, il a été à l’origine de plus de 1 770 décès. Des chiffres en augmentation liés pour partie aux expositions excessives au soleil (notamment pendant l’enfance) et à l’utilisation des cabines de bronzage. De nombreuses raisons peuvent retarder son diagnostic : méconnaissance du risque, négligence des patients, délais d’attente pour consulter un dermatologue, difficulté à en trouver un dans les zones sous-médicalisées… Dans ce contexte, Pharmabest estime que les pharmacies ont un véritable rôle de santé publique à jouer. Pour son président, David Abenhaïm, « comme l’incitation à la meilleure observance des traitements, sensibiliser nos patients au dépistage précoce des cancers de la peau et les inciter à consulter un dermatologue, au moins une fois par an pour les personnes à risques, fait partie de notre métier de pharmacien ».
Les Echos Publishing 2017