Retour à la liste
25 Mai 2018 - Actualité

Petits commerçants : à quand la reprise ?

La reprise de l’économie française s’est confirmée en 2017. Elle s’est même avérée plus soutenue que prévue avec un PIB en progression de 2,2 %, soit un rythme de croissance en nette accélération par rapport à 2016 (+1,1 %). La hausse du PIB a ainsi atteint son plus haut niveau depuis 2011. Mais les petites entreprises du commerce, de l’artisanat et des services tardent à récolter les fruits de cette reprise. En effet, même si l’évolution moyenne de leur chiffre d’affaires a gagné pratiquement un point sur l’exercice 2017, elle reste négative, à -1 %, selon les derniers chiffres publiés par la FCGA, Fédération des centres de gestion agréés. Concernant plus particulièrement les TPE du commerce, les nouvelles sont moins bonnes car elles ont, en grande majorité, fait encore moins bien en 2017 qu’en 2016. Le commerce de détail alimentaire a affiché ainsi un repli de 0,7 % de son chiffre d’affaires en 2017, contre -0,4 % l’année précédente. Seuls les boulangers-pâtissiers et les poissonniers enregistrent une hausse de leur activité, toutefois inférieure à 1 %. Les petits détaillants de fruits et légumes souffrent particulièrement avec des ventes en recul de 3 %. Les commerces dédiés à la culture et aux loisirs affichent, quant à eux, une forte baisse de 4,4 % en raison de mauvaises performances des libraires (-6,2 %) et des bureaux de tabac (-5,9 %). Seuls les marchands de cycles ont de quoi se réjouir avec une activité en hausse de 4,5 %, portée par le succès des vélos électriques. Les secteurs de l’équipement de la maison et de la personne sont également à la peine avec des reculs respectifs de 2,7 % et 2,2 %. Les plus fortes baisses concernent les bijoutiers, les détaillants d’électroménager, de vêtements pour enfants et de chaussures. Si les TPE bénéficient peu de la reprise de la conjoncture, leur activité devrait toutefois s’améliorer en 2018, pour s’établir, tous secteurs confondus, à -0,4 % selon les prévisions des experts de la FCGA. Ils misent, en effet, sur un décalage d’1 ou 2 ans entre l’apparition de facteurs macro-économiques favorables et leurs premiers effets bénéfiques sur l’activité des petites entreprises. Espérons que cette prévision se confirme et que, à défaut de cette année, 2019 signe le retour à la croissance de l’activité des petits commerçants.
Les Echos Publishing 2017