Retour à la liste
15 Mai 2018 - Actualité

Le FMI invite l’Allemagne à investir davantage

L’Allemagne est incontestablement le meilleur élève de l’Europe. En 2018, la première économie régionale devrait ainsi croître de 2,5 % et présenter un taux de chômage autour de 5,5 %, soit un plus bas depuis la réunification de 1990. Quant à sa dette publique, elle est passée de 79,8 % du PIB en 2012 à 64,1 % en 2017. Tout va bien donc. Sauf que Berlin est devenu un champion de l’exportation et accumule depuis des années les excédents commerciaux (8 % du PIB en 2017). Une situation qui irrite ses voisins européens, les États-Unis et maintenant le FMI. Une situation de sous-investissement Le gendarme financier de Washington, s’il ne tarit pas d’éloges sur l’efficacité économique de l’Allemagne, s’inquiète de sa gestion prudente et de sa situation de sous-investissements publics. Il est ainsi reproché à Berlin de ne pas utiliser ses marges de manœuvre colossales pour investir dans ses infrastructures, dans l’éducation, mais aussi dans la lutte contre la pauvreté qui, notamment, frappe de plus en plus de personnes âgées en Allemagne. Jusqu’à présent, les demandes faites à l’Allemagne (notamment par la France) de réinvestir ses excédents sont restées lettre morte. Pas sûr que le FMI soit davantage écouté. Nous le saurons lors de la discussion du projet de budget qui devrait avoir lieu devant le Parlement à l’automne prochain.
Les Echos Publishing 2017