Retour à la liste
19 Avr 2018 - Actualité

Le retour d’une taxe sur les poids lourds inquiète les professionnels

La ministre des Transports, Élisabeth Borne, s’est peut-être mis un deuxième secteur à dos alors que l’hypothèse de la création d’une « taxe poids lourds » se concrétise. Soutenue par certains pour rétablir la concurrence entre la route et le rail et/ou pour trouver de nouvelles sources de financement pour la SNCF, la proposition d’une nouvelle taxe sur les poids lourds semble, depuis le début du quinquennat, avoir les faveurs du Gouvernement. Une position réaffirmée par Élisabeth Borne début avril sur RMC/BFMTV où elle déclarait qu’il y aurait bien « une contribution » du secteur routier et que celle-ci serait présentée au Parlement « dans les prochaines semaines ». Selon le Gouvernement, cette nouvelle mouture de l’écotaxe viserait à financer les infrastructures, y compris ferroviaires, et s’appliquerait à la fois aux camions français et à ceux qui transitent par l’Hexagone à partir de 2020, la date prévue d’entrée en application. Les organisations patronales, la FNTR, l’OTRE et l’union TLF ont, de leur côté, également réaffirmé leur position sur la question : un refus catégorique de toute nouvelle contribution, quelle que soit la forme de la taxe. La FNTR a également rappelé à la ministre que la question de l’écotaxe constituait la « ligne rouge de la Profession ». Alors que la grève de la SNCF ralentit déjà le transport de marchandises et pénalise l’activité dans certains secteurs, une éventuelle mobilisation du transport routier a de quoi inquiéter le Gouvernement, l’essentiel du fret transitant sur route.
Les Echos Publishing 2017