Retour à la liste
11 Avr 2018 - Actualité

Colissimo Pass, un abonnement pour la livraison des colis

Le groupe public a annoncé début avril une nouvelle offre : un abonnement illimité pour la livraison d’e-commerçants partenaires. Facturé 9 € en offre découverte, celui-ci coûtera à terme 39 € par an. En plus de la livraison gratuite, les clients auront accès à un service client 7j/7 de 8h à 22h qui constituera leur point d’entrée unique. Les retours seront également gratuits. Si l’offre ne réunit pour l’instant que 12 e-commerçants partenaires, d’assez petite taille, l’objectif affiché par La Poste est d’atteindre 30 accords d’ici cet été et 50 pour Noël. Une participation financière est certes demandée aux partenaires car les 39 € de l’abonnement ne sont pas suffisants pour couvrir le coût de ce service. Mais ce dernier promet aux e-commerçants le développement de leur activité, le prix de la livraison étant l’un des principaux motifs d’abandon du panier, et devrait leur redonner des armes face aux plates-formes d’envergure comme Amazon ou la FNAC. Pour attirer les clients et ainsi assurer la réussite de cet abonnement, le groupe espère toutefois aussi convaincre de plus grands acteurs. Or ceux-ci ont souvent développé leur propre offre de livraison illimitée dans le cadre de leurs programmes de fidélité, à l’instar d’Amazon Prime ou de La Redoute & Moi, et pourraient donc voir d’un mauvais œil le lancement de Colissimo Pass. Cette offre a deux avantages pour le groupe La Poste. D’une part, elle devrait lui permettre de poursuivre sa croissance sur le segment du colis qui, grâce au développement du e-commerce, a été l’un des principaux moteurs de son chiffre d’affaires au cours des dernières années. Et ainsi de prendre des parts de marché à ses concurrents. D’autre part, en rééquilibrant le jeu concurrentiel entre les petites plates-formes et les acteurs d’envergure, elle devrait permettre d’éviter à La Poste de devoir négocier avec quelques géants (voire un seul) au risque de comprimer encore un peu plus ses marges. D’autant plus que des groupes comme Amazon, le premier client du groupe, pourraient être tentés d’internaliser la livraison et ainsi de court-circuiter La Poste.
Les Echos Publishing 2017