Retour à la liste
07 Mar 2018 - Actualité

La lunette connectée attire un nombre croissant d’acteurs

Malgré les échecs des Google Glass®, Spectacles® (lunettes avec caméra embarquée de Snap Inc.) et Hololens® (Microsoft), le marché de la vision connectée continue d’attirer de nombreux investisseurs, séduits par les fonctionnalités de plus en plus nombreuses des lunettes dites intelligentes. L’année 2018 devrait être riche en levée de fonds et lancements de nouvelles solutions, confirmant le potentiel d’un marché qu’aucun acteur ne se risque pourtant à évaluer ! Des fonctions d’assistance pour les voyants… Ce potentiel semble, en effet, a priori immense dans la mesure où les développements actuels vont bien au-delà de la fonction de correction des troubles visuels. À titre d’exemple, l’italien Safilo commercialise depuis octobre dernier aux États-Unis, les Lowdown Focus®, des lunettes proposant des exercices pour se relaxer et se concentrer, à partir de la mesure des ondes cérébrales. Connectées à un smartphone, elles permettent d’entendre des sons qui sont modulés selon son état de stress ou de concentration (ex : le bruit du vent sur une plage qui souffle plus ou moins fort selon son niveau de nervosité). Ces nouvelles lunettes devraient être lancées en Europe au 1er trimestre 2018. Autre exemple : les lunettes développées par le français Ellcie Healthy destinées à la prévention routière. Celles-ci analysent des données physiques, physiologiques et environnementales et alertent sur les risques éventuels encourus par le conducteur. La start-up a reçu en février dernier un des Prix de l’Innovation Sécurité Routière et prévoit de lancer ses lunettes en avril prochain, à l’occasion du Tour Auto Optic 2000. Autre lancement très attendu en septembre 2018 : celui des lunettes développées par Atol Les Opticiens, en partenariat avec Legrand et la start-up Adviz. Destinées spécifiquement aux personnes âgées, ces lunettes sont associées à des services permettant, par exemple, d’alerter en cas de malaise ou de chute (première cause d’accidents chez les personnes de plus de 65 ans). Ce projet est la première réalisation d’Atol dans le cadre de son programme Senior Care. … À la vision artificielle bio-inspirée pour les personnes aveugles et malvoyantes Autre promesse forte des lunettes connectées : l’assistance des malvoyants grâce à des capteurs et des mini haut-parleurs intégrés dans la monture. C’est le marché investi par la start-up israélienne OrCam avec les lunettes MyEye 2.0. capables de lire des textes (y compris dans l’obscurité) ou d’identifier des produits dans un magasin (grâce à un lecteur de code-barres). Grâce à ces lunettes, OrCam a remporté le prix du Last Gadget Standing Award au dernier CES de Las Vegas. Un coup de pouce qui valide le potentiel de cette start-up valorisée 1 Md$ avant son entrée en bourse. Enfin, citons la start-up française Prophesee (ex-Chronocam). Celle-ci développe le premier système de vision artificielle bio-inspirée, qui repose sur une caméra imitant l’œil et des algorithmes reproduisant le fonctionnement du cerveau. Cette technologie trouve de nombreuses applications, dans le médical bien sûr, mais aussi dans plusieurs domaines industriels (voitures autonomes, systèmes de sécurité, contrôle qualité, automation industrielle, drones…). Prophesee a annoncé fin février une levée de fonds de 19 M€ auprès d’un géant de l’électronique, de Renault, d’Intel et de plusieurs fonds d’investissements.
Les Echos Publishing 2017