Retour à la liste
20 Fév 2018 - Actualité

Fin 2015, les non-salariés gagnaient, en moyenne, 3 340 € par mois

Dans une récente étude, l’Insee s’est intéressé aux revenus d’activité des non-salariés français (hors secteur agricole). Sur la période étudiée (2015), la France comptait ainsi 2,7 millions de professionnels ayant adopté ce statut. Pour 89 % d’entre eux, précisent les auteurs de l’étude, « il s’agit de leur activité principale, les autre tirant l’essentiel de leurs revenus professionnels d’une activité salariée ». Sur les 2,7 millions de professionnels recensés, 1,94 million sont des non-salariés dits « classiques » et 795 000 des micro-entrepreneurs. Entre 2014 et 2015, le nombre de non-salariés classiques a reculé de 1,3 % (contre -2,5 % entre 2013 et 2014) alors que, dans le même temps, celui des micro-entrepreneurs était en hausse de 5,9 %. 3 340 € par mois Le revenu mensuel moyen des non-salariés était de 2 520 € fin 2015. Un chiffre en hausse de 0,8 % entre 2014 et 2015. Mais ce chiffre, comme souvent dans l’approche statistique, ne reflète pas les disparités de ce statut. Déjà, et sans surprise, une forte différence apparaît entre les non-salariés classiques et les micro-entrepreneurs. Ainsi, alors que ces derniers ne gagnaient en moyenne que 440 € mensuels en 2015 (+6,1 % par rapport à 2014), les autres affichaient un revenu mensuel moyen de 3 340 € (+2,5 % en un an). En outre, parmi les non-salariés classiques, de fortes disparités apparaissent en fonction des métiers et des secteurs. Le commerce de détail hors magasin ressort ainsi comme étant le secteur le moins rémunérateur avec 1 070 € par mois, devant les taxis et VTC (1 350 €) ou encore la coiffure et les soins de beauté (1 350 €). À l’opposé, les médecins et les dentistes affichent les revenus mensuels moyens les plus élevés (8 470 €) devant les métiers du droit et du chiffre (7 880 €), les pharmaciens (7 220 €) et les conseillers financiers et les assureurs (5 690 €).
Les Echos Publishing 2017