Retour à la liste
18 Déc 2017 - Actualité

Plus d’1 patron de PME sur 2 ne réfléchit pas à optimiser les coûts de son immobilier

À l’occasion du SIMI, le Salon de l’Immobilier d’Entreprise qui s’est clôturé le 8 décembre dernier, OpinionWay et le promoteur Atland ont fait le point sur la place accordée à l’immobilier par les patrons de PME. Réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 400 chefs d’entreprises de 50 à 249 salariés, l’étude révèle ainsi une attitude plutôt paradoxale des dirigeants face à la fonction immobilière qu’ils considèrent autant comme une contrainte qu’une opportunité. En effet, pour 85 % des patrons interrogés, l’immobilier constitue un levier de développement de leur activité en permettant, par exemple, une proximité géographique avec leurs clients et/ou leurs fournisseurs, en participant à valoriser l’image de leur entreprise, en contribuant au bien-être de leurs salariés ou encore en améliorant la productivité de leurs collaborateurs. Mais dans le même temps, près des deux-tiers d’entre eux considèrent la fonction immobilière également comme une contrainte compte tenu des coûts engendrés, de l’insatisfaction des collaborateurs à gérer, ou des tâches de gestion et d’entretien du bâtiment à réaliser. Et pourtant, malgré ces contraintes, une majorité des chefs d’entreprise (55 %) n’envisage pas de mettre en place une stratégie d’optimisation des coûts contre 40 % qui l’ont fait et 5 % seulement qui envisagent de le faire. Faut-il y voir un lien de cause à effet, mais l’étude révèle également qu’ils sont quasiment le même nombre (56 % des répondants) à n’avoir personne au sein de leur entreprise en charge des questions immobilières. Pour les 44 % restants, cette fonction est assurée soit par un collaborateur (26 %), soit par eux-mêmes (11 %), soit par une personne extérieure (7 %). Finalement, les principales réflexions des patrons de PME en matière d’immobilier portent prioritairement sur l’aménagement intérieur des locaux pour le bien-être des salariés. 54 % ont engagé des actions en ce sens et 8 % envisagent de le faire. 45 % ont déclaré avoir engagé des actions d’optimisation des dépenses énergétiques et 12 % envisagent de le faire.
Les Echos Publishing 2017