Retour à la liste
13 Juil 2017 - Actualité

Léger repli du marché du jardin

Après deux années de croissance (+2,4 % en 2014 et +1,6 % en 2015), le marché du jardin ne progresse plus. Son chiffre d’affaires pour 2016 affiche même une légère baisse (-0,2 %), à 7,6 milliards d’euros. Si la météo catastrophique du printemps a plombé les ventes sur le 1er semestre, le climat plus favorable à partir de juillet a permis un fort rebond de la plupart des segments au 3e trimestre, ne permettant toutefois pas de compenser le mauvais début d’année. Côté segments, citons les belles performances des végétaux d’intérieur (+4,6 %) qui reviennent au cœur des tendances déco du moment et de la motoculture dont les ventes progressent de près de 2 % grâce au dynamisme des tondeuses robots. Une bonne année également pour l’univers de la décoration du jardin (+1,6 %) dont la consommation est portée par l’achat plaisir et la volonté d’aménager son extérieur comme lieu de vie convivial. Le dynamisme de ces segments a permis de compenser les moins bonnes performances de l’univers de l’équipement et de l’outillage à main, qui, plombé par la météo pluvieuse du printemps, a enregistré sa plus mauvaise performance de ces 5 dernières années (-2,4 %). Même constat pour le segment des loisirs au jardin (-2,2 %) qui a souffert de la chute des ventes de barbecues. Les produits pour le jardin ont, eux aussi, connu une nouvelle année de baisse (-1,8 %) dans un contexte fortement chahuté par l’interdiction prochaine de la vente des pesticides chimiques aux particuliers. Du côté de la distribution, les enseignes de bricolage et les LISAS (libres services agricoles), qui représentent près de la moitié des ventes du marché, ont tiré leur épingle du jeu bénéficiant notamment de l’augmentation de leurs surfaces de vente. Le e-commerce a également confirmé sa percée. Bien qu’il ne représente qu’à peine 3 % des ventes, ce circuit joue désormais un rôle moteur avec une progression de ses ventes de 8 % en 2016. L’année a été, en revanche, plus difficile pour les jardineries qui peinent à rebondir. Quant aux grandes surfaces alimentaires, les années se suivent et se ressemblent avec un nouveau repli de leurs ventes dans l’univers du jardin en 2016, à -3,1 %.
Les Echos Publishing 2017