Retour à la liste
31 Mai 2017 - Actualité

La vaccination à l’officine : l’expérimentation démarrera à l’automne

Prévue par l’article 66 de la dernière loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS), la vaccination contre la grippe saisonnière va pouvoir démarrer dès cette année, dans les 2 régions test qui ont été sélectionnées pour expérimenter ce nouveau service : Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine. Plus de 4 000 pharmaciens titulaires et adjoints ont d’ores et déjà exprimé leur souhait d’y participer, soit un tiers des professionnels exerçant dans ces 2 régions. Une proportion élevée qui atteste de l’intérêt suscité par cette expérimentation au sein de la profession officinale. Les conditions requises pour se lancer sont pourtant relativement lourdes : accueil dans un espace de confidentialité, présence obligatoire d’un point de lavage dans cet espace, formation obligatoire sur une journée (demi-journée en e-learning consacrée aux aspects théoriques et une demi-journée en présentiel pour les aspects pratiques), demande d’autorisation à adresser à l’ARS de sa région, recueil du consentement formel du patient, mise en observation de la personne vaccinée pendant 15 minutes... Et ce pour une rémunération allant de 4,50 € pour les personnes bénéficiant d’une prescription médicale à 6,30 € pour celles qui présentent un bon de prise en charge par l’Assurance maladie. Auquel s’ajoute toutefois une rémunération forfaitaire de 100 € pour 5 vaccinations réalisées, « au titre du dédommagement lié aux contraintes spécifiques de l’expérimentation ». Des rémunérations assez faibles que les autorités de santé justifient par le tarif facturé par les infirmières libérales pour une primo-vaccination sur prescription médicale (4,50 €). La France adopte tardivement la vaccination à l’officine, longtemps après les États-Unis (ce service a commencé à être déployé dans certains États dès le début des années 1990), le Canada ou le Portugal, pays qui ont confié cette mission aux pharmaciens il y a une dizaine d’années. Dans ces pays, toutes les évaluations qui ont été réalisées confirment l’impact positif de l’administration à l’officine de la vaccination contre la grippe, avec une augmentation tendancielle du taux de couverture vaccinale. À titre d’exemple, aux États-Unis, ce taux a plus que doublé entre 1993 et 2013 auprès des jeunes adultes, au fur et à mesure de son déploiement dans les États fédérés. En France, l’enjeu pour les pharmaciens expérimentateurs sera donc de contribuer à accroître significativement le taux moyen de vaccination auprès des populations concernées, limitées pour l’heure aux personnes de plus de 65 ans et celles de 18 ans et plus ciblées par les recommandations vaccinales (par exemple : les patients atteints de mucoviscidose, d’asthme, de broncho-pneumopathie chronique obstructive, etc.). Rappelons que seulement 48 % de ces populations se font actuellement vacciner, alors que l’objectif fixé par l’OMS est de 75 %.
Les Echos Publishing 2017